Culture: l'Oncle Otsama conte Meigana

Print
Written by Sinclair Mezing (à Meiganga, 2009)

Oncle Otsama L'artiste y a organisé la semaine dernière [note: cet article a été publié le 03/12/2009] le tout premier festival du conte de la localité.

Il n'y avait pas meilleure façon pour Daniel Ndo de témoigner sa reconnaissance à Meiganga : en organisant tout un festival de conte pour cette ville de la région de l'Adamaoua qui l'a vu monter sur une scène de théâtre pour la toute première fois en 1957.

Aujourd'hui grande vedette du théâtre, Oncle Otsama, comme l'appellent les fans, a réservé la primeur de son événement à l'école principale (devenue école publique), où il a fait son entrée en matière du temps où il était encore élève au cours élémentaire à l'âge de dix ans.

En s'associant les services d'une brochette de conteurs du pays, Oncle Otsama a offert aux populations du chef-lieu du département du Mbéré trois jours de festival époustouflants. Boli Bolingo, Annie Tchawak, Zikoko, François Alima Mbarga, Bako Moustapha, Dogo Badomo Beloko, Adama Bahi et Raymond Make qui ont effectué le déplacement, ont tenu en haleine un public nombreux et exigent, en manque de spectacles depuis le passage de feu Ali Baba, il y a une dizaine d'années. Prestant dans un décor aux relents sahéliens avec des huttes en paille et au toit conique, chacun des artistes est allé puiser dans son répertoire des contes et des petites histoires d'ici et d'ailleurs pour démontrer aux populations que ce festival était loin d'être une simple partie de plaisir. Chantant et dansant au rythme d'instruments de musique traditionnels du terroir, ils ont fini par transformer l'esplanade du foyer municipal en un lieu de rencontre, une fois la nuit tombée.

Désagréments
Au-delà du volet scénique, Daniel Ndo a fait de cette première édition un moment de rencontre et d'échanges. Hormis l'exposition d'objets d'art thérapie organisée à l'esplanade de l'hôpital de district de Meiganga, en prélude à la journée internationale de lutte contre le sida, Oncle Otsama et sa troupe se sont déportés du à la prison principale où il a animé un atelier de formation au métier de bibliothécaire et a donné une prestation au profit des détenus. Les conteurs en herbe n'ont pas été en reste. Un atelier à l'art théâtral a été organisé à leur intention par la même occasion. D'où le sentiment de satisfaction générale pour les populations de Meiganga. Pour Daniel Doka, 1er adjoint au maire de Meiganga et ancien camarade de classe de Daniel Ndo, "c'est une des premières révolutions culturelles dans la ville de Meiganga. Nous qui sommes de la génération de Daniel Ndo et qui avons fréquenté avec lui vers les années 1957 à l'école principale, à l'école protestante et à l'école catholique de Meiganga, pour toutes ces générations, l'histoire s'est répétée par sa venue ici.

Nous saluons et remercions sincèrement cette initiative créatrice des liens et richesses culturelles." "Nous disons infiniment merci à tous ces acteurs qui ont sacrifié un peu de leur temps, de leur talent et de leur énergie pour venir donner l'espoir, la joie, l'amour et le sens du partage à tous ces frères qui, quoique privés de liberté restent des Camerounais à part entière que la société attend à bras ouverts après qu'ils aient payé leur dette envers la société", ajoute Laurent Atemkeng, régisseur de la prison principale de Meiganga. Tandis que pour Marcellin Adamou Safou, jeune conteur ayant bénéficié à l'occasion d'une formation, "il faut que ce festival revienne le plus souvent pour permettre aux jeunes de s'exprimer."
Puisque Daniel Ndo a promis de repartir à Meiganga l'année prochaine pour la deuxième édition, en compagnie des conteurs étrangers, il lui importe donc de se prémunir d'un certain nombre de précautions pour éviter les couacs de dernière minute qu'il a connus durant ce festival. Pour la petite histoire, Oncle Otsama et ses conteurs ont fait l'objet de nombreux désagréments d'une sonorisation défectueuse, d'un éclairage approximatif et ont été de temps en temps roulés par des petits malins qui ont trouvé en ce festival une occasion idoine pour se faire des sous. Ce qui, aux yeux de certains observateurs, a laissé une impression d'amateurisme. Même si pour un coup d'essai, ce fut un coup de maître.

Sainclair Mezing à Meiganga

SM Le Lamido de Meiganga

Le nouveau Maire avec son adjointe et le Dr. Toukour

Installation du nouveau Maire

Wednesday the 28th. Affiliate Network Reviews. powered by oumarou.net
Copyright 2012

©